assouvir

assouvir [ asuvir ] v. tr. <conjug. : 2>
aseuvir fin XIIe; lat. pop. °assopire (cf. assoupir), confondu avec l'a. fr. assevir « achever », rad. lat. assequi « atteindre »
1Calmer complètement (un violent appétit). apaiser, contenter, rassasier, satisfaire. Étancher sa soif et assouvir sa faim.
2Fig. Satisfaire pleinement (un désir, une passion). Assouvir ses convoitises, sa curiosité, sa rage. Assouvir une vengeance. P. p. adj. « la quiétude des passions journellement assouvies » (Flaubert). Par ext. Combler (qqn). « La célébrité la plus complète ne vous assouvit point » (Flaubert).
3 ♦ S'ASSOUVIR v. pron. (sujet chose) Faim, passion qui s'assouvit.
⊗ CONTR. Affamer; exciter. Inassouvi, insatisfait.

assouvir verbe transitif (latin populaire assopire, calmer, classique sopire, dormir) Apaiser totalement la faim, la soif, etc. : Un appétit difficile à assouvir. Satisfaire pleinement un instinct, un désir, un sentiment : Assouvir sa curiosité.assouvir (synonymes) verbe transitif (latin populaire assopire, calmer, classique sopire, dormir) Apaiser totalement la faim, la soif, etc.
Synonymes :
- étancher(la soif)
Contraires :
Satisfaire pleinement un instinct, un désir, un sentiment
Synonymes :
- étancher(la soif)
Contraires :

assouvir
v. tr.
d1./d Rassasier. Assouvir sa faim.
d2./d Fig. Satisfaire. Assouvir ses désirs, sa passion.
|| v. Pron. Haine qui s'assouvit dans la vengeance.

⇒ASSOUVIR, verbe trans.
I.— Emplois trans.
A.— [Le compl. désigne une sensation, un sentiment, une passion] Assouvir qqc.
1. Vieilli. [En parlant de la faim et de la soif] Apaiser une faim vorace, une soif intense. Le besoin d'assouvir la faim; assouvir sa faim ou sa soif (P. LEROUX, De l'Humanité, t. 1, 1840, p. 36) :
1. « C'est une faim canine qu'on assouvira difficilement. » Que faut-il faire pour assouvir cette voracité?
Ac. 1798-1932.
2. [L'obj. désigne un organe des sens, un désir sensuel] (Le) contenter pleinement. Assouvir sa sensualité; assouvir ses yeux, ses regards d'une chose :
2. N'aurais-je pas pu m'asseoir parmi leurs femmes, respecter les lois et les usages qu'elles feignent de respecter, jouer comme elles la pudeur, la fidélité et toutes leurs vertus hypocrites? N'aurais-je pas pu satisfaire tous mes caprices, assouvir toutes mes passions, en consentant à porter un masque et à me placer sous la protection d'une dupe?
G. SAND, Lélia, 1839, p. 386.
3. ... c'est après avoir excité ses désirs sur moi, que monsieur est allé les assouvir, salement, sur cette triste créature...
MIRBEAU, Le Journal d'une femme de chambre, 1900, p. 283.
3. P. métaph. [L'obj. désigne un sentiment, une passion violente] Leur donner libre cours, les satisfaire. Assouvir un besoin de vengeance; assouvir sur quelqu'un sa rage grandissante (PROUST, Du côté de chez Swann, 1913, p. 301); assouvir sa rancune :
4. Le jour de ma colère, ô Rois, flamboie enfin :
Voici le fer, le feu, le poison et la corde!
J'étancherai ma soif, j'assouvirai ma faim.
Le torrent de ma rage est déchaîné, le vin
De ma fureur déborde!
LECONTE DE LISLE, Poèmes tragiques, Le Talion, 1886, p. 45.
5. ... pour en finir avec les duchesses qui fréquentaient maintenant chez Mme Verdurin, elles venaient y chercher, (...) un plaisir mondain composé de telles manière que sa dégustation assouvît les curiosités politiques et rassasiât le besoin de commenter entre soi les incidents lus dans les journaux.
PROUST, Le Temps retrouvé, 1922, p. 730.
6. À défaut de ce terrible besoin de tendresse et de plaisir, qui consume les êtres qui y ont une fois goûté, il fallait quelque autre passion, fût-ce la passion contraire : la passion du mépris, de l'orgueilleuse pureté, de la foi dans la vertu. — Elles ne suffisaient pas, elles ne suffisaient plus à assouvir sa faim : à peine pouvaient-elles la tromper un instant.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, L'Adolescent, 1905, p. 363.
7. Je retrouve dans les traits d'Athalie ceux mêmes de Phèdre — D'une Phèdre que l'âge aurait guérie des égarements de l'amour et qui assouvirait ses autres passions : l'avarice, l'orgueil, la cruauté, la vengeance, non plus seulement comme Phèdre, en soutenant la vue du soleil sacré, mais en lui tenant tête d'un cœur plein de haine et de défi.
MAURIAC, Journal 3, 1940, p. 298.
Rem. Assouvir peut se dire en bonne part, mais rarement : ,,Il a un désir de gloire qu'il ne peut assouvir`` (Ac. 1798-1932), assouvir son amour passionné de l'étude (COURTELINE, Un Client sérieux, 1897, p. 65). La nuance apportée est plus forte que dans satisfaire.
B.— Rare. [Le compl. désigne une pers.] Assouvir qqn. Le combler dans ses sensations, ses désirs.
1. [En parlant de la faim ou de la soif] Rassasier :
8. On ne peut assouvir cet enfant, on ne peut l'assouvir de pain, l'assouvir de viande.
Ac. 1798-1932.
2. Au fig., p. méton. Assouvir son cœur malade, sa chair lassée (ZOLA, La Curée, 1872, p. 326).
II.— Emploi pronom.
A.— Emploi réfl. [Le suj. désigne une pers. ou un animal] Se rassasier de nourriture. S'assouvir d'un pain grossier (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, 1834, p. 130) :
9. C'est un poisson mystérieux. Participant d'une double nature puisqu'il vit également hors de l'onde et dans l'onde, nage et rampe, est d'eau douce et d'eau salée, s'assouvit gloutonnement et se rationne jusqu'au jeûne complet et prolongé, ...
PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 61.
B.— Au fig., emploi réfl. passif
1. [Le suj. désigne une sensation, un sentiment, une passion] Être satisfait :
10. ... c'était une tendresse si confiante et si fraîche, que les mêmes baisers, les mêmes étreintes, avec elle, étaient autre chose; et, chaque nuit, leurs deux ivresses d'amour allaient s'augmentant l'une par l'autre, sans jamais s'assouvir quand le matin venait.
LOTI, Pêcheur d'Islande, 1886, p. 270.
11. Ni Homère ni les autres ne voient que la haine est douce quand elle peut s'assouvir, et douloureuse quand elle ne le peut pas. Votre haine ne peut s'assouvir. Ergo douleur.
MONTHERLANT, Malatesta, 1946, p. 516.
2. [Le suj. désigne une pers.] Être assouvi, rassasié. S'assouvir de carnage, de sang (Ac. 1835) :
12. Enfin, après m'être assouvi de Rome, je voulus voir Naples. C'est le tombeau de Virgile et le berceau du Tasse qui m'y attiraient surtout.
LAMARTINE, Les Confidences, Graziella, 1849, p. 146.
13. Naturellement, d'après la version de l'accusation, il avait intérêt à cacher le désir furieux où il était de cette malheureuse, qu'il devait égorger pour s'assouvir.
ZOLA, La Bête humaine, 1890, p. 267.
PRONONC. ET ORTH. — [], j'assouvis []. FÉR. 1768 souligne que le verbe ,,et ses dérivés, s'écrivent avec deux ss, mais [qu'] on n'en prononce qu'une``.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Fin XIIe s. (?) « satisfaire entièrement » (Chansons du Châtelain de Coucy, V ds LITTRÉ : Jamais mes ieuz [je] ne verrai aseuvis De regarder sa bele face tendre) cette chanson ne figure pas dans l'éd. A. Lerond, Chansons attribuées au Chastelain de Couci, Paris, 1964, mais on trouve un emploi semblable du verbe (ibid., XXXIII, 5) dans une chanson qui est prob. de Jakemes (fin XIIIe s.); 2. fin XIIe — début XIIIe s. acevir « rassasier » (Loherains, Ars. 3143, f° 2e ds GDF. Compl. : Trestoz les a fait au souper asseir, Molt les a fait richement acevir); 1268-71 assouvir (E. BOILEAU, Métiers, 1re part., I, 53 ds GDF. Compl.); 3. début XVIIe s. pronom. « se contenter, se satisfaire » (SAINT-AMANT, Elégie à Damon ds Dict. hist. Ac. fr. : pour moy, comme je puis, par tout je m'en acquitte, Sçachant que la Raison, qui connoist son mérite, Requiert que le devoir ne se puisse assouvir En moy de la louer, en toy de la servir).
Du gallo-rom. assopire « calmer » (FEW t. 1, p. 161b; EWFS2, 56; DAUZAT 1969) du lat. sopire « endormir » (v. aussi assoupir), le croisement avec l'a. fr. assevir « achever » du lat. pop. , lat. class. « atteindre » (VARRON, Ling. 1, 68 ds TLL s.v., 860, 49) explique la forme acevir au sens 2 et les emplois de assouvir au sens de « achever » attestés en a. fr. dep. ca 1200 (Aye d'Avignon, 125, éd. F. Guessard et P. Meyer ds T.-L. : si tost que j'avroie ma bataille asouvie).
STAT. — Fréq. abs. littér. :271. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 263, b) 356; XXe s. : a) 431, b) 476.
BBG. — GIR. t. 2 Nouv. Rem. 1834, pp. 13-14. — NOTER-LÉC. 1912.

assouvir [asuviʀ] v. tr.
ÉTYM. 1270; acevir, fin XIIe-déb. XIIIe; aseuvir, fin XIIe ( ?); gallo-rom. assopire « calmer », du lat. sopire « endormir »; croisement avec l'anc. franç. assevir « achever ».
1 Littér. Calmer complètement (une faim, un appétit, une soif… intense). Apaiser, calmer, contenter, rassasier, satisfaire. || De quoi étancher sa soif et assouvir sa faim. || Un appétit insatiable qu'on ne peut assouvir.
1 Merci de moi, lui dit la mère :
Tu mangeras mon fils ? l'ai-je fait à dessein (enfanté pour)
Qu'il assouvisse un jour ta faim ?
La Fontaine, Fables, IV, 16.
Vieilli (compl. n. de personne ou d'animal). Rassasier complètement. || On ne peut assouvir cet enfant (Académie).
2 Fig. Satisfaire pleinement (un violent désir, une passion). Satisfaire, passer (une envie)… || Assouvir ses instincts, sa sensualité, la chair. || Assouvir ses convoitises, sa curiosité, son ambition, son avarice, son avidité, sa colère, sa fureur, sa haine. || Assouvir une vengeance.Par ext. Combler (qqn) dans ses désirs (cit. 2 et 5 ci-dessous).
2 Rien ne suffit aux gens qui nous viennent de Rome :
La terre et le travail de l'homme
Font pour les assouvir des efforts superflus.
La Fontaine, Fables, XI, 7.
3 Alger, tes maisons ne sont plus qu'un amas de pierres; dans ta brutale fureur, tu te tournes contre toi-même, et tu ne sais comment assouvir ta rage impuissante.
Bossuet, Oraison funèbre de Marie-Thérèse d'Autriche.
4 Combien elle (l'âme) est difficile à assouvir (…)
La Bruyère, les Caractères, XVI, 3.
5 La célébrité la plus complète ne vous assouvit point (…)
Flaubert, Correspondance, t. II, p. 117.
6 La douleur est comme la passion. Pour s'en délivrer, il faut l'assouvir, toute.
R. Rolland, l'Âme enchantée, t. II, p. 369.
6.1 Elle n'espérait plus maintenant que sa passion lui donnerait de grandes joies, mais elle n'en avait pas changé. Seulement l'habitude de ne pas l'assouvir, au lieu d'exaspérer son désir, lui avait ôté de l'importance qu'il avait dans sa vie.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 849.
——————
s'assouvir v. pron.
1 Vx. Se rassasier (de nourriture). || Un loup s'assouvissant dans une bergerie (Littré). Repaître (se).
7 Tous les raffinements dont nous nous servons pour couvrir nos tables suffisent à peine à nous déguiser les cadavres qu'il nous faut manger pour nous assouvir.
Bossuet, Disc. sur l'hist. universelle, 174.
2 Littér. (en parlant d'un organe des sens, d'un désir sensuel, d'un sentiment, d'une passion). Se satisfaire, être satisfait. || Cette avarice ne pourra donc jamais s'assouvir ? (Académie). Apaiser (→ ci-dessous, cit. 10).(En parlant d'une personne). Se rassasier, être rassasié. || S'assouvir de carnage.
8 Adraste (…) nage dans le sang et il ne peut s'assouvir de carnage.
Fénelon, Télémaque, XIII.
9 Laissez-moi m'assouvir dans mon courroux extrême
Et laver mon affront au sang d'un scélérat.
Molière, Amphitryon, III, 5.
10 Une chair qui s'assouvit accompagne toujours un esprit incapable d'adhérer au surnaturel.
F. Mauriac, Souffrances et Bonheur du chrétien, p. 56.
11 Une passion (chez les hommes d'Église révoltés) depuis des années refoulée, prend pour s'assouvir le masque de l'esprit.
F. Mauriac, Souffrances et Bonheur du chrétien, p. 51.
——————
assouvi, ie p. p. adj.
1 Vx. Rassasié de nourriture. Rassasié, repu.
2 Fig. (en parlant d'un sentiment, d'une passion). || Être assouvi, satisfait. Apaisé, contenté, satisfait (→ infra cit. 12, 15).(En parlant d'une personne). Souvent péj. Dont les instincts, les passions sont contentés (→ infra cit. 13, 14, 16). || Âme assouvie.
12 L'ambition déplaît quand elle est assouvie (…)
Corneille, Cinna, II, 1.
13 De tant de flots de sang non encore assouvie (…)
Racine, Athalie, V, 2.
14 Enfin, après m'être assouvi de Rome, je voulus voir Naples.
Lamartine, Graziella, I, 7.
15 Dans leurs regards indifférents flottait la quiétude de passions journellement assouvies (…)
Flaubert, Mme Bovary, I, 8.
16 Qu'importe l'avenir ? mon âme est assouvie.
Sully Prudhomme, Tendresses et Solitude, p. 102.
CONTR. Affamer; exciter. — Faim (laisser, rester sur sa). — Inassouvi, insatiable, insatisfait.
DÉR. Assouvissable, assouvissance, assouvissement.
COMP. Inassouvi, inassouvissable.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • assouvir — ASSOUVIR. v. a. Rassasier pleinement, apaiser une faim vorace. Depuis qu il est relevé de maladie, on ne sauroit l assouvir. On ne peut assouvir cet enfant. C est une faim canine qu on assouvira difficilement. Que faut il faire pour assouvir… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • assouvir — Assouvir, et contenter aucun, Explere aliquem, Satiare, Exatiare, Satis alicui facere, Aures alicuius implere. Qu on ne peut assouvir et contenter, Inexplebilis. Qu on ne peut assouvir de boire, Potu inexplebilis. Assouvir son mal talent et haine …   Thresor de la langue françoyse

  • assouvir — (a sou vir), j assouvis, j assouvissais, j assouvis, j assouvirai, assouvissant, v. a. 1°   Rassasier, quand la faim est pressante. 2°   Fig. Satisfaire. •   Pour assouvir son avarice, BOSSUET Hist. II, 5. •   Le dragon qu annonçait sa… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ASSOUVIR — v. a. Rassasier pleinement, apaiser une faim vorace. Depuis qu il est relevé de maladie, on ne saurait l assouvir. On ne peut assouvir cet enfant. Assouvir sa faim. C est une faim canine qu on assouvira difficilement. Que faut il faire pour… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ASSOUVIR — v. tr. Rassasier pleinement, délivrer d’une faim vorace. Depuis qu’il est relevé de maladie, on ne saurait l’assouvir. On ne peut assouvir cet enfant. Assouvir sa faim. C’est une faim canine qu’on assouvira difficilement. Que faut il faire pour… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • assouvir — (v.) marque l acte de satisfaire une pulsion. Dans le fait d assouvir son désir sexuel, on sous entend la notion de plaisir …   Dictionnaire de Sexologie

  • assouvir — vt. , rassasier : assonbi (Balme Si.20), assovi (Albanais, BEA.), assouvi (Aix). E. : Contenter. A1) rassasier : assonbi (sa fan) (020) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • s'assouvir — ● s assouvir verbe pronominal être assouvi verbe passif Être satisfait, rassasié : Leur haine ne pourra jamais s assouvir. Voir ses instincts satisfaits : Une brute assouvie …   Encyclopédie Universelle

  • ouvir — assouvir …   Dictionnaire des rimes

  • assouvissement — [ asuvismɑ̃ ] n. m. • 1340; de assouvir 1 ♦ Action d assouvir, de s assouvir. ⇒ satisfaction. L assouvissement de la faim. L assouvissement des désirs, des convoitises. L assouvissement amène la satiété. 2 ♦ État d une personne assouvie, d un… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.